Chapitre 7 ( partie 7 )

Je reculai vivement pour m’éloigner de lui, terrifiée par l’expression féroce et sauvage qui déformait son visage. Je n’avais jamais réalisé combien Jeremy pouvait être dangereux derrière ses airs d’ange. Mais à présent, je prenais toute la mesure de sa nature inhumaine, et n’étais plus certaine de ne rien avoir à craindre en le voyant dans cet état.

Sa main s’abattit violemment contre ma chaise avec fracas, broyant le métal des ses pieds aussi aisément que ils avaient été en mousse.

Je me recroquevillai contre la porte, protégeant mon visage au cas où il m’attaquerait. J’avais tellement envie de lui tout lui expliquer, même i je savais qu’il n’apprécierait pas beaucoup le passage sur « l’explosion libidinale » de mon pouvoir de succube. Mais en lui révélant ce secret, je n’aurais d’autres choix que trahir aussi la parole faite à mes deux amies. Et je n’en avais pas le droit.

Je priai donc pour que Théo n’ait rien entendu, et qu’il ne fasse pas la connerie de venir voir ce qui se passait ici. Si Jeremy pétait les plombs, je préférais être la seule victime de sa colère, dont j’étais entièrement responsable. Mais si cela devait être douloureux, je craignais de ne pas pouvoir contenir mes cris et risquer de réveiller mon frère.

- Je t’en supplie, ne t’en prends pas à Théo, il n’y ait pour rien. Fais tout ce que tu veux de moi, mais par pitié, ne tues pas mon frère, implorai-je d’une petite voix pleine de larmes, la tête enfouie entre mes genoux.

 

103

- Tu crois sincèrement que je pourrais te faire du mal? Dit-il alors d’une manière qui me brisa le cœur, pleine de désespoir.

Je l’avais poignardé en le laissant croire que j’avais pu le tromper, et là je l’achevait en osant imaginer qu’il pourrait me tuer. Lorsque je redressai enfin mon visage, la vision de son regard chargé de souffrance me retourna l’estomac. Je dus serrer les dents de toutes mes forces pour ne pas vomir, tellement je me dégoûtais moi-même. Je n’étais qu’une odieuse créature inhumaine dont le seul pouvoir était de blesser les autres.

Dans les yeux de Jeremy, je reconnu le goût acide du plus atroce des sentiments que l’on peut inspirer: la déception.

- Je ne te ferais jamais de mal. Je suis désolé de t’avoir effrayé, mai lorsque j’ai sentis son odeur sur ton corps…

- Non, c’est moi qui suis désolée, je suis la pire des connes d’avoir osé penser que tu pourrais me faire du mal, m’effondrai-je en me précipitant sur lui pour le prendre dans mes bras.

- Je ferais mieux de m’en aller. J’ai un besoin urgent d’aller massacrer quelque chose, grogna-t-il en m’esquivant pour rejoindre la fenêtre.

- Non attends! Je te jure que je tu es le seul et l’unique à qui je ne me sois jamais donnée. Ce que tu imagines est très loin de la réalité.

Jeremy se figea jute avant de sauter, et me regarda enfin droit dans les yeux.

 

104

- Alors explique moi pourquoi je sens l’odeur d’un vampire sur ton corps?

- Je ne savais pas que c’était un vampire lorsqu’il s’est approché. Et sur ce coup, je ne mentais pas. Je n’avais vraiment eu aucune idée de la nature d’Alexis avant de le découvrir dans sa salle de bain en train de se nourrir. Je savais qu’il n’était pas humain à cause de son pouvoir, mais étrangement, je n’avais pas pensé aux vampires, car son pouvoirs était plus proche du mien de ceux de Jeremy. - L’homme qui nous a secouru sur la route m’a prêté sa veste en me voyant grelotter. Alors je pense que le fait de la porter durant près de deux heures a pu contaminer mon odeur, improvisai-je.

Je ne supportais toujours pas de devoir lui mentir, et espérais sincèrement pouvoir tout lui raconter dès que possible. Mais en attendant, la priorité était de la rassurer. Qu’il sache que je ne l’avais pas trompé, même si pour moi un simple baiser était déjà intolérable. Mais je ne doutais pas qu’il m’en aurait pardonné en apprenant les circonstances surnaturelles qui l’avaient provoqué.

Jeremy hésita un instant, puis descendit enfin de la fenêtre, sans pour autant se résoudre à m’approcher. Je compris qu’il avait été bien trop blessé pour me faire entièrement confiance, il doutait et je le sentais.

Peut-être ne la méritais-je pas après tout… Lui, m’avait confié son plus sombre secret, misant ainsi la sécurité de tous les membres de son clan sur la simple foi de mon amour. Alors que moi, je continuais à lui cacher ma vraie nature. Je ne le méritais pas.

Quoi qu’il en soit, je ne l’avais pas trompé. Mon corps, mon cœur et toutes mes pensées lui étaient restées fidèles et je refusais qu’il puisse souffrir en imaginant le contraire.


105

Lentement, je repoussai les bretelles de ma robe, puis descendit la fermeture éclaire dans mon dos avant de la laisser retomber à mes pieds. Jeremy m’observa en silence, mais je n’eus besoin d’aucune parole explicite, pour deviner le désir que lui inspirait le spectacle de mon corps à moitié nu. Je défit alors les agrafes de mon soutien gorge et le lançai à ses pieds. Sans le quitter du regard, je fis doucement glisser ma petite culotte jusqu’à mes chevilles puis m’avançai prudemment jusqu’à lui.

- Si tu ne me crois pas, je te laisse inspecter chaque parcelle de mon corps et tu constateras que la seule odeur que je porte est la tienne, murmurai-je contre ses lèvres.

Ses yeux s’enflammèrent alors d’une lueur bien différente de celle qui avait brûlé ses yeux quelques minutes plus tôt. Celle-ci, je la connaissais très bien! Jeremy m’attira brusquement contre lui et m’embrassa d’un baiser si intense, qu’il réveilla instantanément une vague de chaleur au bas de mon ventre. Et cette fois-ci, ce fut bien mon propre désir qui explosa. A cet instant, plus rien d’autre ne semblait exister, aucun pouvoir, aucun succube…seulement Lui et moi.

 

 

 106

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×