Chapitre - V ( dernière partie)

Lorsqu’elle reconnut Alicia, Gabrielle eut un geste de recule.
- Elle est là elle aussi! Alors c’est vraiment le pire de mes cauchemars…
- Non Gaby ne commence pas…elle m’a sauvé la vie quand le loup s’est jeté sur moi. Ce n’est pas le moment de régler nos comptes, il faut qu’on reste unies si on veut sortir de cet enfer vivantes!
Gaby se renfrogna, elle n’était pas prête à faire la paix avec Alicia. Son regard se posa enfin sur mon bras, détaillant avec horreur l’étendue de mes blessures.
- Tu saignes! C’est pas beau à voir, il faut soigner ça au plus vite…
- Il faut d’abord qu’on trouve la sortie de ce bois, et trouver un moyen de rentrer chez nous…mais mon intuition me dit que si toi et Alicia êtes ici avec moi, c’est que Dylane doit certainement être aussi dans la forêt. Il faut la retrouver.
- Hors de question! Je préfère encore retourner avec les loups! S’éxclama Alicia.
- Je vois qu’aucune de vous deux n’est prête à être coopérative...si vous voulez on s’organisera une réunion où nous pourrons nous insulter à loisir et même se taper dessus, mais pour le moment on reste solidaires.
Chacune de leur côté, elle finirent par me suivre, s’évitant du regard d’un air boudeur. Nous avançâmes ensemble en direction des zones à découvert qui laissaient traverser la sombre lueur de la lune.
- La lune est bizarre, elle semble plus grosse et moin lumineuse que d‘habitude, on dirait qu’elle est voilée…s’étonna Gabrielle en levant les yeux aux ciel.
- C’est vrai, elle a quelque chose de lugubre…Comme si le décor n’était pas déjà suffisamment terrifiant, c’est vraiment le pire cauchemar que je n’ai jamais fait, ajouta Alicia en se rapprochant de nous l'air peu rassurée.
- Dylane! Hurlai-je en espérant que celle-ci nous entende.
«  Dylane nous sommes ici! » répétèrent en cœur les deux autres.
Je lançai un regard étonné à Alicia.
- Ba...tant qu’à faire, si on doit se défendre je préfère avoir la grosse brute dans notre camp, je suis sure qu’elle mord elle aussi, répondit-elle pour se justifier.
- Oui mais une vipère c’est déjà bien assez dangereux, toi au moins tu as ton venin pour te défendre, renchérit Gabrielle avec mépris.
- Stop! Vous n’allez pas recommencer!



151


Un bruit inquiétant, en provenance de la forêt retentit soudainement, se rapprochant de nous à grande vitesse, quelque chose courait dans notre direction. Nous nous figeâmes toutes les trois, retenant notre souffle avec appréhension. Alicia ne put s’empêcher de se coller à mon dos, aggripant ma veste de ses mains tremblantes.
Nous savions que la chose allait apparaître d’une seconde à l’autre, crispées sur nos morceaux de bois, prêtes à frapper la créature qui allait nous attaquer.
Ses yeux apparurent enfin, deux taches jaunes incandéscentes perçant l’obscurité. Un énorme loup blanc bondit alors, la geule ouverte et menaçante, ce n’était pas le même que celui qui m’avait agressé, mais il était tout aussi terrifiant que le premier. Il courait droit sur nous et atteignit enfin la clairière où nous étions réfugiées. Il accéléra alors et s’élança sur nous.
Mais il fut stoppé dans son élan, chargé par une silhouette qui surgit brutalement de la nuit. Une lame fendit l’air tel un éclair sous les reflets de la lune et transperça le flanc de l‘animal, lui arrachant un hurlement bestial.

Dylane était allongée sur le cadavre de la bête, haletante. Elle releva enfin son visage vers nous, les mains recouvertes de sang. Elle semblait épuisée, à bout de force.  Je me précipitai sur elle, encore choquée par la scène d’une rare violence à laquelle je venais d’assister.
- Dylane! Tu nous as retrouvé…comment as tu…
- Ces sales bêtes auraient dû prévoir que je ne m’endormais jamais sans une lame à ma cheville, répondit elle encore essoufflée en se relevant péniblement.
- Je savais que tu étais là toi aussi! M’exlamais-je en me jetant dans ses bras. J’étais tellement rassurée de la retrouver en vie.
- Il m’a attaqué par surprise, je ne l’ai pas vu venir. Et Quand vous m’avez appelé, il s’est détourné de moi et a couru dans votre direction. J’ai cru que je n’arriverais jamais à temps…mais heureusement vous étiez tout près…
- Qu’est-ce que je vous disais, avec la brute on ne risque plus rien elle est pire que les loups!
Dylane tourna enfin son regard derrière moi et découvrit Alicia, recroquevillée contre un arbre.
- Oh non pitié pas elle… Et maintenant on n’a même plus de loup pour la bouffer.
Les deux énnemies se toisèrent mutuellement du regard, prêtes pour un nouvel affrontement.
Lorsqu’un nouveau grognement derrière nous interrompit soudain leurs retrouvailles.



152


Le loup noir avançait prudemment vers la dépouille du blanc, nous fixant rageusement de ses yeux démoniaques.  Il se dressa brusquement, hurlant à la la lune dans une plainte assourdissante. Puis sa gueule et ses griffes se mirent à s’allonger étrangement sous nos yeux ébahis, la silhouette de son corps se déforma et grandit brusquement pour se transformer.

Une jeune femme d’une indiscible beauté se tenait à présent devant nous; Des boucles argentés encadraient son visage engélique, sa peau de marbre, presque translucide contrastait avec la noirceur de ses yeux. Vêtue d’une longue robe de satin noir, vaporeuse, elle ressemblait à une déesse onirique, irréelle.
Incapable de détacher nos yeux de son envoûtant regard, nous restâmes figées de stupeur et d’admiration devant cette créature enchanteresse. Elle se baissa lentement sur le corps inherte de la bête à ses pieds, caressant son pelage immaculé. Le loup blanc ne saignait plus, sa blessure avait totalement disparue.
«  Gaetan réveille toi mon ange » murmura doucement la jeune femme en s’adressant à lui. Les pattes de l’animal se mirent alors à frémir, puis s’allongèrent à leur tour pour se transformer, et un magnifique jeune homme apparut à sa place.
Ses yeux s’ouvrirent enfin et comme si il n’avait pas été blessé, il se releva tout naturellement, dans un mouvement gracieux d’une prodigieuse agilité. Habillé d’une étincellante tunique de soie blanche révélant la perfection de son corps finement musclé et le contraste de sa peau mate et dorée. Lui était brun, et ses yeux verts lumineux inspiraient une profonde douceur à l’inverse de sa compagne à l’air féroce.
- Elles ont réussi à te tuer, n’est-ce pas merveilleux. Cette petite Dylane a vraiment un excellent potentiel, son agressivité naturelle la rendra certainement très puissante, dit-elle soudain en observant Dylane.
- Ne te fie pas aux apparences Aurora, je suis certain que c’est l’amour qui pourrait être sa plus grande force, elle a risqué sa vie pour sauver ses amies, je ne pense pas qu’elle soit la plus dangereuse. Mais je dois reconnaître qu’elle est très forte, lui répondit-il d’un ton léger.


153


De quoi pouvait-il bien parler? Ils semblaient nous connaître et savoir boucoup de chose à notre sujet.
- J’espérais pouvoir m’amuser avec elles toute la nuit, ce n’est vraiment pas amusant. Elles se sont retrouvées beaucoup trop vite, et même Alicia n’a pas put réprimer son instinct protecteur lorsque j’ai mordu sa pire ennemie, c’était tellement touchant! Poursuivit-elle sarcastique.
- Comme tu le sais, il n’y a qu’un pas de l’amour à la haine et inversement, ajouta-il en souriant d’un air bienveillant.
Il lui tendit galamment son bras, qu’elle saisit avec suffisance, puis ils s’avancèrent vers nous, d’une démarche qui ne trahissait aucune menace.
Aurora s’approcha de Dylane, tel un félin de son pas sensuel et aérien. D'un geste délicat, elle caressa ses cheveux avec douceur, et celle-ci ne réagit pas, envoûtée par l’aura magnétique de cette femme mystérieuse.
- Ma petite Dylane, j’espère sincèrement que tu seras à la hauteur de mes espérances, tu as tout ce qu’il faut pour être une terrifiante créature, susurra-t-elle près de son visage. Puis elle s’avança jusqu’à Gabrielle, le regard sévère.
- Toi par contre…tu sembles incarner la parfaite ambassadrice de l’autre camp. Je ne miserais pas grand-chose sur toi. Je parie que tu es la chouchoute de Gaetan, je me trompe? S’adressa-t-elle à son compagnon qui lui répondit d’un sourire ravi.
- Non, tu as raison. Son potentiel sera plus appréciable pour mon parti, mais méfions nous tout de même de l’eau qui dort. J’espère sincèrement que tes pouvoirs ne réussiront pas à te corrompre, dit-il en s’adressant tendrement à Gabrielle.
Aurora s’approcha alors de Alicia qui la contemplait béate d’admiration, complètement hypnotisée.
- Toi…je ne sais pas encore, je pense que ta nature profonde n’est pas aussi mauvaise que tu tentes de le montrer. Mais je crois que je vais quand même miser sur toi aussi, tu es une vraie vipère dans ton genre. Sournoise et imbue de sa personne, des qualités que j’apprécie. Il ne faudrait pas te laisser pervertir par trop de beaux sentiments.
- N’essaie pas de l’influencer, n’oublie pas que c’est leur libre arbitre qui devra déterminer leur orientation.
- Je sais…Laisse moi juste rêver, soupira-t-elle d’un air blasé.
Elle tourna enfin son regard sur moi, et se yeux se mirent à pétiller d’une dangereuse curiosité. Elle sembla flotter jusqu’à moi et ne s’arrêta que lorsque son visage fut à la limite de heurter le mien. Je ne pouvais plus bouger, envoûtée par chacun de ses mots veloutés et par la douceur de ses gestes. Je sentis sa main effleurer mon visage, propageant dans tout mon être un délicieux frisson.
- Et toi Jessica…tu es certainement la plus énigmatique des quatre. C’est un combat permanent qui se joue en toi, esclave de tes émotions contradictoires. Imprévisible pour toi-même, je m’attends à beaucoup de surprises et de renversement de situation avec toi. Tu as conscience de cette force en toi, et cela te rendra redoutable. J’attends avec impatience de découvrir ce que tu nous réserves.



154


Elle approcha son visage encore plus près du mien, et déposa un sensuel baiser sur mes lèvres paralysées. Puis m’adressa un clin d’œil plein de malice avant de s’éloigner et rejoindre Gaetan.
- Il est peut être temps de leur expliquer, nous sommes venus pour ça…Annonça-t-il avec impatience.
- Oui je sais, mais je voulais jouer encore un peu avec elles, lui répondit-t-elle en prenant une moue de petite fille capricieuse.
- Tu as assez joué comme ça, tu n’auras qu’à demander à Salan de t’en offrir une autre pour ton anniversaire, mais celles-ci ne sont pas pour toi, elles sont bien trop uniques et précieuses.
Aurora se résigna l’air boudeur.
- Je te laisse commencer, à toi l’honneur…lui accorda-t-elle.
Gaetan s’approcha lentement pour se placer au centre du cercle que nous formions. Son regard plein de douceur et de bienveillance m’apaisait, une force positive émanait de son être, inspirant en moi une absolue confiance.
- Bien, mes demoiselles, je vous prie de bien vouloir nous pardonner pour cet accueil quelque peu brutal que nous vous avont fait subir. Il avait pour objectif de vous confronter à ce qui vous attend. Votre existence est en train de changer, vous allez découvrir un monde inconnu dont vous n’imaginiez pas l’existence, être pourchassées par des créatures positives mais aussi négatives qui chercheront à vous utiliser ou vous détruire. Tout d’abord, je vais commencé par vous expliquer l’enjeu qui se joue aujourd’hui à travers vous quatre.
Aurora ne semblait pas prêter attention au discour de son compère, elle tournait autours de nous tel un prédateur guettant ses proies, nous adressant des sourires féroces et amusés. Les paroles de Gaetan ne me laissaient rien présager de bon, mon état d’émerveillement contemplatif commençait à se dissiper, laissant place à la méfiance. Je surpris dans les regards de mes amies cette expression soucieuse qui commençait à renaître. Les deux créatures ne semblaient pas hostiles, mais je n’étais pas certaine d’avoir envie de savoir la suite de leurs révélations.

"- Depuis toujours, les forces du bien et celles du mal s’affrontent dans un combat acharné pour le pouvoir. Mais ce ne sont que des concepts abstraits et limités, la réalité étant qu’à l’origine Le Créateur, que vous nommez dans votre langage humain « Dieu » considérait ces deux forces comme étant indissociables l’une de l’autre, interdépendantes dans un équilibre stable. Le mal ne pouvant exister sans le bien et inversement, il ne concevait pas que l’une puisse prendre l’ascendant sur l’autre. Nous pourrions comparer cela à votre représentation du ying et du yang. Le créateur a conçu chacune de ses créatures de manière à leur laisser un libre arbitre total, car lui-même n’intervient jamais dans notre monde. Mais un jour, deux des plus puissantes créatures qu’il ait créé, Salan et Gabriel, se sont divisés dans leur conception de ce que devait être le monde. Salan, que vous nommez plus couramment « Satan », pensait que l’existence devait être vouée à la recherche du plaisir et du pouvoir sans limite, par Tous les moyens. Il prônait l’individualisme et la loi du plus fort, voyant dans le chaos et la violence la consécration de l’être. Alors que pour Gabriel, la vie n’avait de sens que dans le partage, l’amour et la bienveillance mutuelle, qui selon lui menaient à l’elévation de l’âme. Leurs rapports sont toujours resté très courtois, mais leurs disciples se sont livré une guerre sans merci et éternelle. Nous pourrions comparer leurs deux forces à deux partis politiques, composés de certains ...extrémistes. Ces deux camps se déchirent et tentent chacun d’influencer et de contrôler les êtres majoritaires, c’est-à-dire les humains. Je crois savoir que certaines d’entres vous connaissent déjà l’existence des vampires il me semble…"


155


Gaetan m’adressa un clin d’œil entendu, suscitant la perplexité de Dylane et Alica qui m’intérogèrent du regard.
«  …Mais vous découvrirez que les vampires sont très loins d’être les plus terrifiantes créatures de ce monde. Il existe une multitude d’espèces, toutes aussi puissantes et dangereuses les unes que les autres. La grande question étant, qu’est-ce qui détermine réellement la nature bienfaisante ou démoniaque de tous ces individus? Les pouvoirs qui leurs sont accordés à leur naissance ou par contamination, ne les prédisposeraient-ils pas à commettre des actes dans la limite de leurs capacités? Si tous les Hommes étaient immortels, d’une force surhumaine, et qu’ils ne pouvaient se nourrire que de sang, resteraient-ils bons? Serait-ce les circonstances et les influences qui les poussent à être ce qu’ils sont, où bien la nature profonde de leur âme? Je vous laisse réfléchire un instant sur ces quelques questions existentielles…Aurora très chère, voudrais-tu poursuivre cette petite histoire? »
- Mais bien volontiers, tu m’as laissé la meilleure partie, dit-elle en le rejoignant toute excitée. Ses grands yeux noirs pétillaient d’une insolente impatience, elle se trémoussait autour de lui, ménageant le suspense de sa révélation en feignant l’hésitation.
«  Désirant mettre un terme à cette guerre sans fin, Salan et Gabriel ont communément décidé de créer leurs propres créatures. Quatre humaines neutres, désignées avant même leurs naissances, à qui les deux maîtres ont accordé les plus grands de leurs pouvoirs de manière parfaitement équitable. Chacune de ces filles recevront les capacités des deux puissances et l’aptitude à faire autant de bien que de mal
Aurora insista de sa voix la plus séduisante sur ces derniers mots, nous toisant chacune notre tour avec gravité, Gaetan soupira.
- Aurora…
- Oui, c’est bon…laisse moi leur raconter cette histoire à ma manière…
...Ces pouvoirs se développeront ainsi progressivement chez chacune d’elles, évoluant en fonction de leurs personnalités respectives et de leurs choix personnels. Et ce sont ces choix qui détermineront, laquelle de ces deux grandes forces présidera le monde des siècles à venir. Le bien et le mal cohabiteront toujours certes, mais l’un des deux maîtres reignera enfin sur toutes les autres créatures en toute légitimité, et ses règles seront imposées aux disciples du camp opposé. Et j’ai l’honneur de vous annoncer que vous êtes ces quatre filles en question. Annonça-t-elle sur un ton cérémonial.


156


J’avais du mal à ingurgiter la masse d’informations que je venais d’entendre. Toute cette histoire était impossible, surréaliste. J’avais l’impression que mon cerveau s’était mis sur pause, incapable de réagir à cette terrifiante révélation. J’étais dans état second d’hébétude léthargique, et les filles semblaient partager le même engourdissement émotionnel que moi, immobiles.
- Il est compréhensible qu’il vous faille un peu de temps pour vous faire à l’idée que votre destin puisse être chargé de tant de responsabilités. Il vous en faudra tout autant pour maîtriser vos pouvoirs et prendre la mesure de vos forces. Tout était déjà écris, vous ne pouviez pas échapper à votre sort. Vous êtes désormais unies pour l’éternité, et en cette nuit de Lune Noire, symbole de la dualité entre lumière et obscurité, je vous souhaite la bienvenue dans notre monde…
Gaetan se voulait le plus rassurant possible, mais plus je l’écoutais et moins je réussissais à croire ce qu’il nous racontait. A présent, j’étais certaine de rêver et je n’avais qu’une envie, me réveiller. Retrouver l’ennui de ma réalité et oublier ces derniers jours qui avaient tué ma vie.
J’avais besoin de sentir une présence familière, un contact « humain » qui me rappelle que je n’étais pas totalement folle. Je réussis enfin à reprendre le contrôle de mes membres et rejoignis Gabrielle pour m’aggriper à sa main.
- N’ayez crainte, vous aurez suffisamment de temps pour vous adapter à cette nouvelle vie qui doit vous sembler encore étrange, ajouta-t-il en comprenant mon état de panique.
- Il n’est pas dans nos attributions de vous materner, et si vous cherchez des réponses il faudra vous débrouiller pour retrouver le livre prophétique de l’ Abbé Adamius, celui qui avait prédit l’avènement des Kelowes, Votre avènement! Ajouta Aurora avec lassitude, elle ne semblait plus s’amuser de notre présence, et commençait à s’agiter nerveusement. Ses membres se mirent soudain à trembler, se yeux à jaunir, et la magnifique déesse disparut à nouveau sous son pelage ébène. Elle bondit hors de la clairière, et s’évapora dans la nuit telle une ombre.
- Je vous souhaite bonne chance à toutes les quatre et j’espère que vous saurez résister aux influences de ceux qui voudront s’emparer de vos pouvoirs.
Les membres de Gaetan tremblèrent à leur tour, mais sa transformation fut brusquement interrompue par Dylane, qui sortit soudainement de sa torpeur.
- Attendez!

 

157

Il s’arrêta alors, le regard patient, souriant avec douceur.
- Que devons nous faire exactement? Où devons nous aller? Comment allons nous apprendre à nous servir de nos pouvoirs? Et pourquoi…
- Les choses se feront tout naturellement, ayez confiance. Pour le reste, c’est à vous de retrouver la prophétie et d’utiliser vos dons pour changer ce qui est en votre pouvoir. Je n’ai pas le droit de vous en dire plus, et cette prophétie n’était pas non plus sensée exister. C’est pour cela qu’elle a disparu il y a plus de cinq cent ans. D’autres la cherchent, à vous de la retrouver les premières. Je vous conseille aussi de rester unies…
Les traits angéliques de Gaetan s’éffacèrent à leur tour, et le loup blanc réapparut, continuant de nous fixer, immobile.
Echangeant des regards perdus, nous nous raprochèrent les unes des autres, silencieuses. Gabrielle semblait toujours aussi fascinée par la présence irréel de la bête immaculée. Je fus surprise en la voyant s’avancer vers lui, la main tendue pour le caresser. Je n’eus pas le temps de réagir, et lorsque je voulus la retenir…il était déjà trop tard.
- Non Gaby, NON!








158 
 
  

 

 


     

 

























  



 



 
 
     





 
 



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×