Prologue

                                                           Prologue

 

Années 1903...

 

 

Autour de moi, tout est sombre. Cette nuit, le ciel s’est vidé de toutes ses étoiles et la lune se cache derrière d’épais nuages qui ne semblent pas vouloir la quitter. Mais je n’ai pas peur, bien au contraire. Malgré ce dernier siècle de lumière, les ténèbres n’ont jamais cessées d’être pour moi rassurantes et familières.
Mais pourtant je cours. Aussi vite que mes jambes me le permettent encore, le ventre noué d’angoisse et de terreur, je m’enfonce au plus profond de l’immensité de la forêt qui m’entoure. Pourquoi suis-je terrifiée? Parce que j’ai peur, de ne pas avoir assez de temps pour lui dire au revoir. De ne pas pouvoir lui dire combien je l’aime et surtout de le rassurer. Dans quelques heures, peut-être moins je serais morte, mais la seule chose qui m’effraie est de le quitter, de ne plus être à ses côtés pour veiller sur lui.
Pour ce qui est de mon décès, je ne ressens aucune crainte. Peut-être même un peu de curiosité. Je n’avais jamais envisagé la possibilité de mourir avant, car pour les êtres tels que moi, les démons, cela était inconcevable. J’avais survolés les siècles, les millénaires sans jamais imaginer que je pourrais disparaître un jour. Pour moi, il n’y avait que l’éternité, partagé entre le monde des humains et mon doux foyer, l’enfer.
Il y a encore quelque temps, je n’avais pas besoin de courir ni même de fuir qui que ce soit. Il me suffisait de désirer être quelque part pour y apparaître immédiatement, à la vitesse de la pensée. Mais aujourd’hui, bien que la vitesse de ma course surpasse celle de la lumière, je ne suis plus capable de disparaître et de me déplacer au gré de ma volonté. Mes pouvoirs se sont affaiblis un peu plus chaque jour depuis que j’ai appris à l’aimer. Depuis qu’il a fait naître en moi…une âme.
Les démons tels que moi, naissent sans âme, sans peur ni peine et surtout sans savoir aimer ni ressentir la moindre compassion. Avant de rencontrer Hayden, ma vie se résumait à la quête de pouvoir, aux divertissements cruels et aux plaisirs malsains. On pouvait m’énerver, me vexer, réveiller en moi les pires colères, mais jamais aucune émotion qui ne puisse m’affaiblir. A l’inverse de ceux qui sont devenus démons par transformation, vampires ou autres créatures bâtardes, je n’étais pas venue au monde avec cette capacité de choisir le bien ou le mal puisque j’étais…le Mal incarné. L’une des descendantes de Salan, élevée dans une famille extrémiste et cruelle au cœur des enfers, qui pour moi avait toujours été le lieu le plus agréable du monde. L’enfer est un endroit terrible pour tout ceux qui n’y sont pas nés, les âmes corrompues ou encore les vampires au cœur pur qui y sont condamnés. Ceux là souffriront une éternité de peur et de tortures, contraints de fuir et de se cacher éternellement de nous autres, prédateur démoniaques.

Mais à présent, tout était différent. Je n’y étais plus la bienvenue, j’avais perdu ma place et mon rang, disgraciée pour ma trahison. Je savais que j’avais encore le choix et qu’il me suffirait que de tuer mon amour pour perde cette âme qui m’affaiblissait, mais elle était devenue bien plus forte que mon côté démoniaque.

J’apercevais enfin les tours du vieux manoir se dressant entre les arbres devant moi. Mon cœur s’emplit d’émotions et d’amour à mesure que je me rapprochais de lui…Il fallait que je me dépêche car il ne nous restait plus beaucoup de temps.
Je savais qu’il se trouvait dans la chambre principale, bien qu’il n’y ait aucune lumière allumée. Je pouvais instinctivement détecter sa présence, la sentir me réchauffer un peu plus à mesure que je m’approchais de lui. Arrivée au pied du mur principal, j’accélérai une dernière fois pour prendre l’élan nécessaire à mon envole et m’élançai d’un bond jusqu’au balcon où j’atterris sans un bruit.  
La porte-fenêtre de la chambre était grande ouverte, je savais déjà qu’il m’attendait. A peine avais-je franchi le seuil que des bras puissants se referment brutalement sur moi. Son visage glacé, plaqué contre le mien était humide, et je comprenais à la force désespérée de son étreinte, combien il était soulagé de me retrouver vivante.
Nous restâmes ainsi un long moment l’un contre l’autre, sans prononcer la moindre parole, car nous n’avions pas besoin de cela pour nous comprendre. Il fallait que je savoure ces derniers instants près de lui, m’imprégner de son odeur, de la douceur de sa peau contre la mienne, de la puissance de ses bras qui m’enlaçaient avec amour…
J’aurais aimé pouvoir figer le temps, ne jamais avoir à lui dire adieu. Je dus me faire violence pour réussir à le repousser enfin et l’écartai de moi pour contempler son visage ruisselant de larme. Malgré l’obscurité de la pièce, je pouvais parfaitement distinguer chacun de ses traits, magnifiques, parfaits… et je  ne pus m’empêcher de frissonner devant son regard brûlant d’amour et de détresse.
- Pourquoi pleures-tu mon amour?
- J’ai cru que je ne te reverrais jamais. Qu’ils avaient réussi à te tuer…
- Non, je suis bien trop rapide et maligne pour me faire attraper, et tu sais que jamais je ne serais partie sans t’avoir dit une dernière fois combien je t’aime.
L’expression calme et résignée de ma voix réveilla ses inquiétudes, il s’empressa de s’agiter dans la chambre pour réunir mes affaires.
- Il faut partir, nous enfuir au plus vite avant qu’il ne te retrouvent…
- Il est trop tard mon ange…Ils arrivent. Et où irions nous de toute façon? Je savais qu’il ne servirait à rien de fuir, ils finiraient par m’avoir tôt ou tard, ce n’était plus qu’une question de temps.
- Non! Je t’interdit d’abandonner… Nous allons nous en sortir, je ne laisserais jamais personne te faire du mal, s’écria-t-il en me secouant vigoureusement comme pour me réveiller d’un état de délire.
La voix tremblante de Hayden me brisait le cœur. Lui qui avait toujours été si fort, imperturbable…Je ne supportais pas de le voir souffrir ainsi.
- Non, je suis désolée. Mes pouvoirs s’affaiblissent de jour en jour, et bientôt je ne pourrais plus te protéger et je refuse de prendre ce risque…
- Je n’ai pas besoin que tu me protèges! Protesta-t-il tel un enfant vexé.
- Oui, je sais mon adorable petit vampire… tu sais très bien te défendre mais face à ces démons, à leur puissance, tu es aussi vulnérable qu’un petit enfant. Et je sais qu’ils s’en prendront à toi pour me faire du mal, tu es mon talon d’Achille et ils ne tarderont pas à le découvrir.
- Tout cela est de ma faute…si tu es si faible aujourd’hui…tu devrais renoncer à ton âme et me tuer…tu redeviendrais invincible et…
Étranglée par un sanglot, sa voix se brisa contre mon cœur en mille morceaux.
- Non je t’en prie ne dis plus jamais une chose pareille! Moi je ne regrette rien, et je te remercie infiniment pour tout ce que tu m’as donné. Un siècle à tes côtés valait bien plus qu’une éternité de vide et de cruauté. Je ne supporte plus ce que j’ai été avant…tu m’as sauvé en faisant naître cette âme à l’intérieur de moi. Et aucun de mes pouvoirs ne m’a jamais apporté autant de plaisir à exister que ton amour.
- Je t’en supplie…
- Ne t’inquiète pas, je vais revenir, tentai-je de l’apaiser en lui adressant un sourire emprunt de sérénité.
- Comment? Tes pouvoirs ne te permettent pas de ressusciter!
- Fais moi confiance…je ne peux pas t’expliquer car cela te ferait prendre bien trop de risque de savoir… Mais je te promets qu’on se retrouvera.
- Où vas-tu aller? Quand reviendra-tu?
Comment pouvais-je le rassurer sans tout lui révéler? Ses yeux bleus implorants et désespérés risquaient bien d’avoir raison de moi…non, il ne fallait pas que je craque, pas maintenant.
- Je ne sais pas quand, mais c’est mieux que toutes les autres options qui s’offrent à moi. Ma nouvelle âme ne serait pas accepté au paradis après tout ce que j’ai fais avant…et je n’ai plus ma place en enfer dorénavant…
-  Je veux venir avec toi!
- Ce n’est pas possible…
Déchiré par mes paroles sans espoir, il s’effondra à genou devant moi, serrant avidement mes mains dans le siennes pour me retenir, il enfouit sa tête contre mon ventre. Le voir aussi faible et vulnérable me brûlait les entrailles, je n’en pouvais plus de le voir ainsi. Je voulais partir le cœur léger et rassuré, être certaine qu’il ne se torturerait pas par mon deuil. J’aimerais tellement lui expliquer mon plan, qu’il comprenne et me fasse confiance…Mais ils finiraient par le retrouver et voleraient ses souvenirs à sa mémoire. Désemparée, je ne trouvais plus aucun mots à lui dire qui puisse lui apporter la paix, et me contentai de passer doucement ma main dans ses cheveux, silencieuse.

Soudain, des bruits de pas retentirent dans le couloir.
Etrangement, je me sentis soulagée lorsque la porte de la chambre s’ouvrit enfin, mettant ainsi un terme à cet instant de supplice, ce moment tant redouté de nos adieux terribles.
Surpris, Hayden se redressa d’un bond, le regard brûlant de haine, retroussant ses lèvres sur ses crocs agressifs, prêt à attaqué. Mais je m‘empressai de le retenir en le saisissant tendrement par la main.
- Enya,  pouvons-nous entrer? Je ne veux pas vous déranger mais le temps presse, ils se rapprochent…demanda une voix féminine avant de pousser la porte.
- Oui entrez, je vous attendais.
Méfiant, Hayden s’interposa immédiatement entre moi et la magnifique inconnue qui pénétrait dans la chambre, prêt à bondir au moindre geste suspect.
La jeune femme s’approcha alors lentement de nous, suivie par un homme dont l’apparence contrastait étrangement avec la sienne. Elle, était une sublime créature aux traits fins et dur, son regard noir encadré par de longues boucles argentées…elle était bien trop belle pour être humaine. Son compagnon était l’extrême opposé, la peau mate et les yeux clairs, dont le visage exaltait la douceur et la bienveillance.
- Qui sont ces gens? Que te veulent-ils?
- Calme toi mon amour, ce sont des amis…Je te présente Aurora, ma cousine, et son compagnon Gaétan.
Stupéfait, Hayden se tourna alors vers moi, le regard partagé entre surprise et terreur.
- Ta cousine? C’est un démon alors?
- Oui, mais elle ne nous veut aucun mal. C’est la seule en qui je puisse avoir confiance car elle est comme moi.
- Comment peux-tu faire confiance à un…
- Elle aussi a une âme!
- Mais…je croyais que…tu étais la seule à…
- Non, elle aussi est tombée amoureuse. Elle a même fait pire que moi…car Gaétan est un ange.
Abasourdi, Hayden me dévisagea les yeux écarquillés de stupeur.
- C’est grâce à son aide et celle de son compagnon si j’ai une chance de m’en sortir sans renoncer à mon âme. Gaétan a plaider ma cause auprès de Gabriel…
- Plaider ta cause? Pour quoi? Que viennent-ils faire ici exactement?
- J’ai fais un pacte avec Gabriel…Pour qu’il accepte mon âme au paradis ainsi que la tienne… Mais avant, je dois réussir ma part du contrat. Il ne nous reste plus beaucoup de temps et je ne peux rien t’expliquer, mais tu va devoir nous faire confiance… Maintenant j’ai un dernier service à te demander, je sais que cela risque d’être très difficile pour toi mais c’est important pour moi…
Je surpris la panique monter dans son regard, il pressentait ce que j’allais lui demander.
- Je ferais tout pour toi tu le sais.
- Alors bois mon sang et vides-en moi jusqu’à la dernière goutte.
Pétrifié, ses larmes inondèrent son visage, anéanti par ma requête.
- C’est trop dur…Non je ne peux pas…
Au loin, la forêt commençait déjà à résonner dangereusement des cris bestiaux de mes poursuivants qui se rapprochaient à toute allure du manoir. Saisissant ses mains tremblantes entre les miennes, je l’implorai du regard. Et pour la première fois dans ma longue existence, je sentis des larmes naîtrent sur mes joues. L’intensité de mes sentiments pour lui avait enfin eu raison de moi, mon âme avait pris toute la place…
- Je veux que tu gardes en toi les dernières gouttes de mon être, continuer de couler dans tes veines en te nourrissant de mon amour. Il n’y a rien de plus beau que de mourir dans les bras de celui qu’on aime…Rassures toi, mon sang ne t’empoisonnera pas car je suis consentante. Au contraire, il te rendra plus fort.
Les bruits s’intensifièrent à l’extérieure, et je sentais qu’il n’en avait pas la force. Mais nous ne pouvions plus attendre et si lui ne me tuait pas avec douceur, ce serait eux qui le feraient de manière bien plus cruelle. Je n’avais plus le choix. Alors je l’enlaçai amoureusement contre moi, fusionnant une dernière fois mes lèvres contre les siennes. Aspirant une profonde bouffée d’amour émanant de son souffle pour me donner du courage.
- Enya, nous ne pouvons plus attendre! Ils seront là d’une minute à l’autre, et Gaétan doit récupérer ton âme avant de partir, nous pressa Aurora. Son regard impatient fixé en direction de la forêt trahissait son inquiétude.
- J’ai une autre requête à te faire, elle est très importante et je te supplie de bien m’écouter…ajoutais-je avec empressement. Désormais, jusqu’à mon retour tu ne t’appelleras plus Hayden. Tu dois changer de nom pour éviter que l’on te retrouve…Il ne dois rien t’arriver durant mon absence. Promets moi que tu changeras d’identité?
- Je te le promets, me répondit-il dans un murmure à peine audible, en tentant de contenir ses sanglots.

Je saisit alors son visage entre mes mains et le pressai brutalement contre ma gorge, jusqu’à ce que je sente enfin ses crocs s’enfoncer dans ma chaire. Sa morsure était délicieuse, brûlante, m’attirant doucement vers l’inconscience…
- Je t’aime plus que tout mon amour…je reviendrais pour toi, je te le promets. Ais confiance en la prophétie…chuchotais-je à son oreille avant de perdre ma voix.
Ses lèvres s’éloignèrent alors de mon cou, ses yeux cherchant les miens sur le point de s’éteindre.
- Quelle prophétie?…Quelle prophétie? Hurla-t-il à l’agonie.
Mais il était déjà trop tard, je ne sentais déjà plus rien. Mes jambes ne me soutenaient plus et mon corps endormi ne tenait plus que par la force de ses bras puissants et rassurants. C’était mieux ainsi, qu’il n’en sache pas plus… Ma vision se troubla, et la dernière chose que je vis avant de mourir fut son regard aimant caressant mon visage, et la main de Gaétan se pauser sur mon front pour absorber mon âme…




 

 
 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site